theatercombinat die perser/les perses aischylos/müller/witzmann - 3 mises en scènes avec 3 concepts des «perses» dans 3 villes (genève, vienne, braunschweig), 3 espaces et 2 langues (allemand/français)

sprache/langue: deutsch, english, franšais

ergreifendes sprechen, christine standfest
documentation du projet

die perser, braunschweig
die perser, vienne
les perses, genève

perser review

tragödienproduzenten
2481 desaster zone

pensées pour une autre théâtre
interviews avec les choreutes

 

la tragédie «les perses» c´est 1075 vers, dont 500 déclamés par le chœur. or, celui-ci est le personnage principal de cette tragédie. dans ses mises en scène, claudia bosse tenait à cette pensée fondamentale de la plus ancienne pratique politico-esthétique de notre culture occidentale: un chœur de citoyennes et citoyens constitue le centre de ces ouvrages. une démarche pratique d’acquisition de la langue et du théâtre. une période exceptionnelle de travail et de répétitions, une discussion sur le théâtre et les formes de démocratie.

les citoyennes et citoyens sont entrés ensemble sur la scène du staatstheater braunschweig, ils ont « squatté » la black box du théâtre du grütli, ou bien ils se sont réunis dans un couloir de 200m en sous-sol à vienne. le spectateur est devenu partie du corps choral, en assistant directement au déroulement de la pièce, à la chorégraphie dans l’espace et au champ de force choral.



 

die perser (braunschweig 2008)
concept/mise en scène/partition: claudia bosse, traduction: peter witzmann/heiner müller, le messager: jörg petzold, atossa: doris uhlich, fantôme de darios: christine standfest, xerxès: marion bordat, chefs de chœur/coryphées: roland bedrich, anne cathrin buhtz, inga kolbeinsson, hanna legatis, christoph linder, oliver losehand, christiane ostermayer, ilona christina schulz, katja thiele, cornelia windmüller, assistanat à la mise en scène: andreas gölles, coordination/recherche: anselm lenz, anke dyes, coordination/production: caroline farke. coproduction festival theaterformen, staatstheater braunschweig, theatercombinat

die perser (vienne 2006)
concept/mise en scène/partition: claudia bosse, le messager: gerald singer, atossa/xerxès: doris uhlich, fantôme de darios: christine standfest, chœur: beatrix brunner, aurelia burckhardt, gerlinde egger, brigitte futscher, ulrike johannsen, dora müller, heidemarie pichler, ingrid racz, ana szilagyi, ilse urbanek, lena wicke, constructions: karoline streeruwitz/sammerstreeruwitz, christian teckert/as-if. production: lena wicke

les perses (genève 2006)
concept/mise en scène/partition: claudia bosse, le messager: barbara baker, atossa: doris uhlich, fantôme de darios: christine standfest, xerxes: gerald singer, chefs de chœur/coryphéese: guillaume béguin, léonard bertholet, vincent coppey, elisa curchod (chine), jean-louis johannides, marie-eve mathey-doret, gérard moll, jacqueline riccardi, anne-frédérique rochat, delphine rosay, assistanat à la mise en scène: andreas gölles, aurélie matthey, coordination: imanol atorrasagasti, consultation: sophie klimis. coproduction théâtre du grütli, association genèveberlin, theatercombinat


«les perses» / «die perser»
à vienne, genève et braunschweig

 

aussi bien en français qu’en allemand, la diction du texte suit une partition
très précise, élaborée par claudia bosse. le chœur des perses est toujours un chœur provenant de la ville dans laquelle la pièce est jouée. tandis que trois même acteurs, gerald singer, christine standfest et doris uhlich, ont assuré le «noyau dur» de la mise en scène, à vienne, à genève, et en partie à braunschweig. pour chaque ville, il existait un modèle de travail propre. pour chaque lieu, une scénographie et une chorégraphie spécifiques ont été développées.

vienne: chœur tragique de 12, 6 mois du répétition, 3 protagonistes et 60 spectateurs dans un tunnel de 200m qui relie 2 stations de métro.

genève: chœur des 500 avec 180 participants, 4 mois du répétition, 10 coryphées, 4 protagonistes et 100 spectateurs dans la black box du théâtre du grütli.

braunschweig: chœur des 500 avec 340 participants, 4 mois du répétition, 10 coryphées, 4 protagonistes et 250 spectateurs sur la scène du théâtre national.


«les perses» a été écrite en 472 avant j-c, elle est la tragédie grecque la plus ancienne qui nous soit parvenue dans son intégralité, un document sur la démocratie athénienne au moment de sa naissance. la campagne expansive de xerxes, roi perse, contre les grecs tourne à la défaite dans la bataille navale de salamine (-480). les grecs trompent la flotte perse, malgré sa supériorité numérique, qui s’engloutit dans les flots.

eschyle l’a écrite du point de vue ennemi. il compose l’image du système politique ennemi : les perses barbares, les forces armées, la tyrannie. la narration de la campagne guerrière et de la bataille sous la forme d’un texte de théâtre pré-dramatique avec des chœur et quatre protagonistes, est la première médiatisation conservée de l’histoire et de la guerre au théâtre.

 


www.theatercombinat.com theatrale produktion und rezeption
: